Les bases

Combattre les fléaux alimentaires par la diéto-nutrition et la naturopathie.

La naturopathie

Vendredi a débuté le salon “Vivez nature” à Lyon. J’y ai passé la journée dans le but de récupérer des informations sur les écoles de naturopathie. C’est un projet qui me tient à cœur car je suis certaine que notre santé passe par notre alimentation. J’ai aussi assisté à plusieurs conférences dont celle de Luc le Métayer sur comment combattre les fléaux alimentaires par la diéto-nutrition et la naturopathie. Cet homme passionnant est Docteur en biologie et nutrition humaine, en naturopathie et en bromatologie ; quezaco ? Une sacrée science ! “La bromatologie étudie les aspects techniques de l’alimentation, de la récolte des produits bruts dans les champs, à leur transformation en cuisine et leur mode de consommation. Cette discipline prend ainsi en compte la composition des aliments, leur provenance et leur fraîcheur, pour aider le patient à rester en bonne santé.” Tout un programme !

Mais revenons à cette conférence sur comment combattre les fléaux alimentaires par la diéto-nutrition et la naturopathie, je tenais à vous en parler car elle a renforcé des informations que je connaissais déjà et dont j’avais prévu de vous parler. Je tiens à préciser que certains conseils donnés dans cette conférence nécessitent un contrôle médical ! Avant de vous lancer dans une modification profonde de votre alimentation, consultez un professionnel : médecin, naturopathe… Il sera là pour vous donner les conseils nécessaires et adaptés à votre santé.

Pour ma part, je ne suis pas médecin, ni naturopathe (enfin, pas encore…). Mon objectif est de clarifier les informations pour que vous puissiez décider du mode d’alimentation que vous avez envie de choisir en toute conscience.

Voici donc le point de vue de Luc Le Métayer !

Pour lui, d’ici 15 ans, si il n’y a pas de prise de conscience et de changement véritable, ce sera la catastrophe. Il exerce depuis plus de 20 ans et il a déjà constaté une évolution catastrophique. Notre époque ne nous laisse plus le choix de notre alimentation, les médias font de la publicité pour la viande, les céréales et les produits laitiers et en même temps pour les médicaments ! Le système impose un type d’alimentation dans lequel il y a des éléments intéressants et d’autres pas du tout.

Il y a 4 fléaux alimentaires :

  1. “L’amidonisme” : l’amidon. On parle énormément de l’allergie au gluten qui vient, en fait, d’un problème hépatique et pancréatique mais qui est assimilable car c’est une structure de protéine, contrairement à l’amidon qui ne l’est pas ! L’amidon se transforme en colle et en alcool ce qui va entrainer de plus en plus d’hépatite et de cirrhose du foie alors que les gens ne boivent pas d’alcool ! Par contre, ils mangent du pain, des pâtes, du riz, des pommes de terre, des gâteaux, des viennoiseries, des céréales au petit déjeuner… Le foie arrive alors à saturation. Ces aliments sont à éviter au maximum. On peut manger du pain, mais en petite quantité et de qualité, et ne pas faire d’incompatibilité sur la journée, c’est à dire manger pain, pâte et riz en 1 journée.
  2. “Le viandisme” : la viande à outrance. Cela met en dégénérescence le terrain (l’intestin, le sang, la lymphe, le système cellulaire). On associe la viande à l’apport de protéines. Or le corps humain produit 51 000 protéines différentes par jour. Elles sont activantes, régénérantes, réparatrices et le système les utilise. C’est donc ce que nous avons le moins besoin de manger. Une protéine de viande cuite a une action acidifiante et coagulante sur l’organisme. Cela entraine des inflammations et favorise les maladies cardio-vasculaires.
  3. Les produits laitiers à outrance : le lait des mammifères, autre que le nôtre, est caséique et acide. Nous ne possédons pas les enzymes pour transformer le lactose du lait. On peut manger un peu de fromage au lait cru et frais de temps en temps mais pas de fromage pasteurisé et cuit. Cela n’apporte rien et surtout pas de calcium. Ce sujet fera l’objet d’un article complet prochainement tout comme le gluten. (Concernant les laits végétaux, le soja est très riche en phyto-œstrogène, il est donc fortement déconseillé aux femmes. Les laits achetés en brique sont pasteurisés  donc pauvre en nutriments, il est donc recommandé de les faire soi même. Conseils : faire du lait d’amande chez soi : faire tremper des amandes une nuit dans l’eau puis écraser le matin. Le consommer en quantité faible et privilégier les jus de fruits et légumes frais. Exemple :  jus excellent pour le matin = citron + pomme + concombre + kiwi . J’ai écrit un article complet sur ce sujet, vous pouvez le retrouver ici : Le lait, bon ou pas ?
  4. “Les overtoniens” : l’alcool, les drogues, le café et le thé. Le thé vert est la plante la plus riche en acide tanique, perforateur de l’estomac et des intestins. Cet acide inflamme les villosités de l’intestin et empêche les nutriments de passer dans le sang. Il contient également d’autres substances comme la théine qui sont des perturbateurs endocriniens et hormonaux. Il existe plus de 400 variétés de tisane en France, de quoi se faire plaisir !

Mais alors, que peut-on manger pour combattre les fléaux alimentaires par la diéto-nutrition et la naturopathie ?

La naturopathie apporte 4000 ans d’expérience contrairement à la médecine allopathique qui n’existe que depuis 70 à 80 ans.

Nous sommes avant tout des frugivores végétariens, petits carnassiers. Notre flore intestinale est physiologiquement alcaline, faite pour traiter les végétaux en général. Elle est oxydée par la consommation de produits altérés, oxydants et qui ne correspondent pas du tout à cette structure alcaline. Les protéines animales vont acidifier la flore intestinale et la perturber.

Depuis la révolution industrielle, nous consommons bien plus d’aliments transformés. Il est impératif de consommer plus de légumes vivants, contenant des vitamines, minéraux nécessaires à la vitalité. Cela permet de se nourrir d’aliments vivants.

Conseils :

Notre alimentation doit être composer à 80% de végétaux dont idéalement 60% de cru. Les 20% restant sont “réservés” aux excès, c’est le pourcentage de tolérance. L’organisme étant nourri correctement le reste du temps, il est capable de gérer ces excès.

Limiter la consommation de viande, favoriser la viande blanche. Privilégier  une cuisson douce, en cocotte fermée à basse température. L’association viande + corps gras provoque une réaction enzymatique qui va entrainer une destruction des cellules du foie. (Mon conseil : Voici un tableau qui peut vous aider à cuire la viande correctement. Les températures indiquées, sont celles que la viande doit avoir à cœur, à contrôler avec une sonde de température. J’utilise un four à 60°C . Avantages de cette cuisson : la viande est plus tendre, vous en aurez plus dans votre assiette et vous pouvez la laisser dans le four une heure de plus sans que ça change quelque chose ! Pas de stress si l’apéro dure !) Si vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille ce site : cuisson basse température Il est très complet.

Les protéines  étant hydrosolubles, on ne peut pas les stocker. On stocke les lipides et les glucides qui se concentrent et sont à l’origine de prises de poids anormales.

Cuisson basse température des viandes

Les crustacés, les huitres et les œufs : cru (uniquement le jaune avec des épices) ou mollet sont, eux, excellents.

Pour la cuisson d’une soupe, par exemple,  couper tous les légumes en petits carrés et les cuire sur un feu moyen pendant 4min35 pour garder 80% des nutriments qu’ils contiennent.

Remplacer la moitié du vinaigre, qui est acidifiant, par du jus de citron.

Pour consommer les poissons crus, les faire macérer dans du citron pendant 3-4 heures avec un filet d’huile d’olive. Cela permet de garder tous les nutriments.

L’organisme doit fournir une travail énorme pour éliminer tous les déchets. Cela entraine une fatigue du foie, des reins, du pancréas et des intestins. A partir de 40 ans, les douleurs diverses (céphalées, douleurs articulaires…), l’arthrose, sont des signes d’alerte avant coureur de pré pathologie. Ils sont annonciateurs d’un état de santé qui devient incohérent et s’envenime au fil des années.

Conseils du matin :

Commencer par boire un verre d’eau pour compenser la déshydratation naturelle de la nuit. Ce verre d’eau fera redémarrer la machine. Privilégier un petit déjeuner végétal : des fruits(pomme, banane, kiwi). Ce n’est pas la quantité qui compte mais ce que l’organisme en fait.* Les fruits ne se consomment ni avant, ni après les repas ; cela complique le système digestif par la richesse en acide aminé des fruits. Avant 10h et entre 16h et 17h, c’est l’heure idéale pour les fruits.

*Quand on mange une tartine de pain avec du beurre, on en assimile entre 10 et 11% ce qui veut dire que l’on doit éliminer 88%. Quand on mange une pomme et une demi-banane, on en assimile 90-91% donc 9% à éliminer, cela change la donnée organique.

Le jus d’orange est acide, il est très agressif à jeun sur un estomac vide. Il est donc préférable de consommer des clémentines et du pamplemousse plutôt que de l’orange. C’est une ineptie de consommer le jus d’orange le matin surtout en bouteille. Les oranges américaines sont ionisées, passées au césium 137, c’est une obligation commerciale entre l’Europe et les Etats Unis. C’est pire que la pasteurisation.

Le jus de citron est intéressant pour les personnes qui ont un terrain acide car il sera alors alcalinisant. Par contre, si le terrain est alcalin, il devient acidifiant.

Combattre les fléaux alimentaires par la diéto-nutrition et la naturopathie, c’est aussi manger moins. Nous mangeons 10 fois trop. Cela acidifie le sang et donc la lymphe qui a un rôle primordial sur les cellules, celles ci deviennent alors sous oxygénées pour combattre l’acidité. Elles ne peuvent plus remplir leurs rôles, elles meurent ou entrent en dégénérescence. Depuis 20 ans, cette dégénérescence cellulaire est à l’origine de maladie type : Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaque… La maladie d’Alzheimer est causée par l’acidification des myélines et des neurones. Des études ont montré que la consommation de produits alcalins fait baisser l’acidification et améliore l’état des patients.

La seule pathologie de l’être humain : c’est la vieillesse, nous sommes conçus pour vivre jusqu’à 80-90 ans sans problèmes. Toutes les autres pathologies sont dues à une modification du terrain.

Conseils du soir :

Ne pas consommer de protéines animales le soir : viande, poisson, fromage. Cela entraîne une perturbation du système digestif  ce qui provoque un réveil vers 2-3h du matin; c’est l’heure hépatique. Nous avons de la difficulté à nous rendormir car c’est un système d’alarme.

D’autres signaux d’alarme :  l’eczéma, psoriasis, crise de foie, allergies… Les allergies sont de plus en plus fréquentes car nous n’avons plus les structures hépatiques de réponse immunitaire par rapport à l’allergène. C’est l’évolution du terrain qui fait que l’on ne supporte plus les allergènes. L’allergie est une réponse virulente, active ; l’intolérance est un signe de réaction minime, cela signifie que l’organisme est moins armé pour se défendre. L’allergie montre que l’on est en meilleure santé. Il n’y a pas de prédisposition génétique aux allergies, c’est l’état du terrain qui provoque ce phénomène.

Il n’est pas conseillé de tout changer d’un seul coup, c’est le rôle de la naturopathie de terrain. La naturopathie qui préconise : les purges, les jeunes hydriques, les mono-diètes, les fils conducteurs alimentaires. Cette méthode n’implique pas une panoplie de gélules à prendre.

Quelques pathologies :

Cancer : les causes ont souvent une base nutritionnel. Il se développe sur un terrain en dégénérescence, en dysfonctionnement et dans un milieu acide. De plus, une mauvaise alimentation entraine une activité cellulaire amoindrie donc un renouvellement cellulaire amoindri. Or notre corps se renouvelle entièrement  tous les 7 ans.

Problèmes de digestion : ils sont souvent dus à une incohérence entre l’alcalinité des légumes que l’on ingère dans un milieu acide ce qui entraine une confrontation. En effet, le végétal est fait pour être transformé dans un milieu alcalin. Conseils : pour rééquilibrer le PH, consommation de  jus de légumes verts et blancs, d’aliments basifiant comme les algues marines qui ne contiennent que des oligo-éléments influençant le PH.

Pour les sportifs :

Luc Le Metayer a réalisé un test auprès de l’équipe de rugby de Bègles ; à la place des féculents avant les matchs, ils ont consommé des grandes assiettes de crudités avec un morceau de viande blanche  Cela a nettement amélioré la récupération.

Il est, par ailleurs, impératif d’adapter l’alimentation à l’activité physique de chacun.

Nos 3 ennemis :

Les mauvaises graisses qui sont l’ennemi de l’intestin, le sucre : ennemi du foie et le sel, ennemi des reins.

Définitions :

Bio : la biologie est l’étude de la vie, un produit bio doit être vivant et cru.

Nutrition : c’est la revitalisation permanente, ce qui permet à l’organisme de fonctionner.

Diététique : c’est la récupération de terrain, des dysfonctionnements en jouant sur les aliments.

Conclusion :

Toutes les maladies sont réversibles si l’on travaille sur le terrain et tous les terrains acides peuvent se corriger.

Etre à l’écoute de son corps pour avoir une alimentation qui répond à la satiété cellulaire.

Il est important de savoir que supprimer un aliment comme la viande ne suffit pas, il faut nettoyer l’organisme pour l’aider à repartir sur de bonnes bases. Pour cela, plusieurs méthodes sont possibles : le jeûne, la mono-diète, la detox. Des méthodes différentes que je vous expliquerai ultérieurement.

J’espère que cet article sur comment combattre les fléaux alimentaires par la diéto-nutrition et la naturopathie vous a apporté des réponses. Partagez le, cela m’aidera à toucher plus de personnes !

A bientôt.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 11
    Partages

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "Le guide d'une alimentation santé"